Hellfest 2017

HELFEST, c’était comment le metal avant ?

Ce slogan bien connu d’une compagnie d’assurances collerait parfaitement à ce que peux représenter le Hellfest à présent : à part dans le monde du metal, mais aussi dans le paysage de festivals français ou européen. Un festival de fans fait par des fans certes mais qui va bien au délà, car en plus d’une décennie le rendez vous clissonnais à non seulement su faire tomber les barrières et les préjugés vis a vis des musiques extrêmes mais en plus sait à present attirer un public profane qui vient danser volontiers avec le diable. A tel point que leur savoir faire est une nouvelle fois récompensé par une édition sold-out avant même l’annonce d’un seul groupe.
Le Hellfest et son public, c’est un vieux couple bien solide où tout est basé sur la confiance et ça c’est plus que rare pour ne pas le souligner.
Cette marque de confiance permet aux organisateurs de monter sereinement cette édition, mais aussi avec la pression qui est de ne pas décevoir les aficionados tant en termes de programmation que d’accueil du public.
L’édition 2017 n’échappe donc pas à la règle, le festival met de nouveau les petits plats dans les grands en solutionnant chaque problème rencontré l’année précédente et c’est ce qui fait la différence : Trop de monde devant les main stages, qu’à cela ne tienne on rajoute l’espace d’un terrain de foot devant. Une war zone encombrée et bien on multiplie la surface par deux avec des aménagements monstres, et caetera, et caetera.
Le public ne s’y trompe pas, le voit et du coup y revient.

(Pour en savoir plus sur les nouveaux aménagements voir l’article de ce jour dans l’Hebdo de Sèvre et Maine. )

En étant complet avant l’annonce du moindre groupe on peut se dire que c’est une forme de pression pour le festival que d’avoir une programmation à la hauteur des attentes. Et là aussi c’est un point sur lequel ça ne pêche pas. 2017 est encore une fois un beau cru parfaitement dosé comme on nous y a habitué avec 160 groupes (prenez le temps au passage de lire l’interview de Ben Barbaud chez nos confrère de radio metal qui vous en apprendra beaucoup sur le jeu de programmation).
A la fois mainstream avec Aerosmith (tournée d’adieux) Deep Purple ou Linkin Park; Prophets of Rage pour une de leurs premières dates en Europe, les valeurs sûres : Slayer, Obituary, Opeth, Suicidal Tendencies pour ne citer qu’eux. Mais une programmation aussi et encore axée sur les découvertes (même s’il faut se lever tôt) comme Verdun (doom sudiste) Deluge (post black), Monolithe (funeral doom)… Encore une édition où en trois jours se côtoieront curieux, black metalleux n’écoutant que du black metal (ah bon!?), punk, deatheux se prenant la tête 3 jours sur le meilleur pont de Shuldiner, coreux ajustant leur two step… tout ça dans une ambiance surchauffée à grand coups de lance flammes. Allez soyez patient, J-30 avant la grande messe.

Alors oui, c’était comment le metal avant le Hellfest ?

Tout ce qu’il faut savoir est ici

C’est complet mais tentez votre chance par